Le Goût de l'avenir par Jean-claude Guillebaud

Le Goût de l'avenir

Titre de livre: Le Goût de l'avenir

Éditeur: Points

ISBN: 202092739X

Auteur: Jean-claude Guillebaud


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Le Goût de l'avenir.pdf - 46,283 KB/Sec

Mirror [#1]: Le Goût de l'avenir.pdf - 24,838 KB/Sec

Mirror [#2]: Le Goût de l'avenir.pdf - 36,606 KB/Sec

Jean-claude Guillebaud avec Le Goût de l'avenir

Où en sommes-nous ? Tout va très vite en ce début de XXIe siècle. Les repères théoriques ou idéologiques qui permettaient de déchiffrer la société d’hier sont désormais incapables de donner sens à notre actualité : attentat du 11 septembre, guerre en Irak, radicalisation du conflit israélo-palestinien, montée des revendications ethniques et massacres qui en découlent, mondialisation des échanges et tensions économiques, sociales et culturelles qu’elle induit… le monde est devenu bien plus instable et imprévisible depuis que le mur de Berlin s’est effondré et que la Guerre froide a cessé de geler les antagonismes nationaux et internationaux. Faut-il se résoudre à cette confusion ambiante et croire à un réchauffement chaotique de la planète ? L’avenir, faut-il désormais se condamner à le subir ? Il n’a sans doute jamais été aussi urgent, pour une époque, de prendre la mesure des transformations qui la secouent afin d’en comprendre le sens, les enjeux et tenter, au plus vite, d’avoir prise sur elles.
L’ouvrage de Jean-Claude Guillebaud est, à cet égard, salutaire : la clarté et l’élégance avec laquelle il nous fait circuler dans le maillage serré du treillis intellectuel et moral de notre temps nous éclaire et, ce faisant, nous fait renouer avec l’ambition de comprendre, de comprendre notre histoire contemporaine, de nous comprendre nous-mêmes. L’orientation de ses analyses est d’inspiration à la fois sociologique – avec une nouvelle mise en cause de l’individualisme ambiant et de ses effets délétères – et philosophique, en particulier avec le repérage de l’oubli de la question du mal dans la réflexion des philosophes de la fin du XXe siècle. Un essai audacieux qui, même s’il ne convainc pas toujours dans les diagnostics qu’il porte, représente une solide contribution à l’indispensable débat collectif sur la nature du monde qui est en train de naître. --Emilio Balturi

Livres connexes

Où en sommes-nous ? Tout va très vite en ce début de XXIe siècle. Les repères théoriques ou idéologiques qui permettaient de déchiffrer la société d’hier sont désormais incapables de donner sens à notre actualité : attentat du 11 septembre, guerre en Irak, radicalisation du conflit israélo-palestinien, montée des revendications ethniques et massacres qui en découlent, mondialisation des échanges et tensions économiques, sociales et culturelles qu’elle induit… le monde est devenu bien plus instable et imprévisible depuis que le mur de Berlin s’est effondré et que la Guerre froide a cessé de geler les antagonismes nationaux et internationaux. Faut-il se résoudre à cette confusion ambiante et croire à un réchauffement chaotique de la planète ? L’avenir, faut-il désormais se condamner à le subir ? Il n’a sans doute jamais été aussi urgent, pour une époque, de prendre la mesure des transformations qui la secouent afin d’en comprendre le sens, les enjeux et tenter, au plus vite, d’avoir prise sur elles.
L’ouvrage de Jean-Claude Guillebaud est, à cet égard, salutaire : la clarté et l’élégance avec laquelle il nous fait circuler dans le maillage serré du treillis intellectuel et moral de notre temps nous éclaire et, ce faisant, nous fait renouer avec l’ambition de comprendre, de comprendre notre histoire contemporaine, de nous comprendre nous-mêmes. L’orientation de ses analyses est d’inspiration à la fois sociologique – avec une nouvelle mise en cause de l’individualisme ambiant et de ses effets délétères – et philosophique, en particulier avec le repérage de l’oubli de la question du mal dans la réflexion des philosophes de la fin du XXe siècle. Un essai audacieux qui, même s’il ne convainc pas toujours dans les diagnostics qu’il porte, représente une solide contribution à l’indispensable débat collectif sur la nature du monde qui est en train de naître. --Emilio BalturiOù en sommes-nous ? Tout va très vite en ce début de XXIe siècle. Les repères théoriques ou idéologiques qui permettaient de déchiffrer la société d’hier sont désormais incapables de donner sens à notre actualité : attentat du 11 septembre, guerre en Irak, radicalisation du conflit israélo-palestinien, montée des revendications ethniques et massacres qui en découlent, mondialisation des échanges et tensions économiques, sociales et culturelles qu’elle induit… le monde est devenu bien plus instable et imprévisible depuis que le mur de Berlin s’est effondré et que la Guerre froide a cessé de geler les antagonismes nationaux et internationaux. Faut-il se résoudre à cette confusion ambiante et croire à un réchauffement chaotique de la planète ? L’avenir, faut-il désormais se condamner à le subir ? Il n’a sans doute jamais été aussi urgent, pour une époque, de prendre la mesure des transformations qui la secouent afin d’en comprendre le sens, les enjeux et tenter, au plus vite, d’avoir prise sur elles.
L’ouvrage de Jean-Claude Guillebaud est, à cet égard, salutaire : la clarté et l’élégance avec laquelle il nous fait circuler dans le maillage serré du treillis intellectuel et moral de notre temps nous éclaire et, ce faisant, nous fait renouer avec l’ambition de comprendre, de comprendre notre histoire contemporaine, de nous comprendre nous-mêmes. L’orientation de ses analyses est d’inspiration à la fois sociologique – avec une nouvelle mise en cause de l’individualisme ambiant et de ses effets délétères – et philosophique, en particulier avec le repérage de l’oubli de la question du mal dans la réflexion des philosophes de la fin du XXe siècle. Un essai audacieux qui, même s’il ne convainc pas toujours dans les diagnostics qu’il porte, représente une solide contribution à l’indispensable débat collectif sur la nature du monde qui est en train de naître. --Emilio Balturi